Vous êtes ici

Newsroom
Bouygues Bâtiment Ile-de-France

Entretien avec Yann Arthus-Bertrand et Anastasia Mikova

Tribune - 04.03.2020

En soutenant Woman, Bouygues Bâtiment France Europe participe à la construction d’un futur durable pour les femmes comme pour les hommes, et prolonge son engagement en faveur de la mixité et de l’égalité des chances.  

Le nouveau film d’Anastasia Mikova et de Yann Arthus-Bertrand, nous amène aux quatre coins du monde à la rencontre de femmes aux parcours de vie différents, façonnées par leur culture, leur foi ou encore leur histoire familiale. Woman répond à l’envie de regarder le monde avec les yeux d’une femme.

>> Visionnez le teaser Woman <<

 

1. Pouvez-vous nous parler de la genèse du projet ? Comment avez-vous eu l’idée de donner la parole aux femmes ?

Yann Arthus-Bertrand : Après Human (2015), film dans lequel Anastasia avait fait près de 700 interviews, je me suis dit qu’il y avait un film à faire sur les femmes. Il m’a semblé évident qu’il y avait quelque chose qui n’avait pas encore été fait, et en tant que réalisateur j’aime aller dans des mondes que je ne connais pas.

J’ai proposé à Anastasia de m’accompagner pour faire ce film. C’est une journaliste et réalisatrice formidable, on travaille ensemble depuis des années. Je savais qu’elle serait la bonne personne et nous avons monté une équipe ensemble, composée à plus de 80% de femmes. Toutes les interviews ont été réalisées par des femmes.

Anastasia Mikova : J’ai été frappée par quelque chose en étant sur le terrain : l’approche qu’avaient les femmes par rapport aux hommes, lors des interviews était différente. Les hommes étaient fiers d’être filmés et se livraient facilement. Les femmes, au début, étaient, elles, assez suspicieuses. Mais une fois qu’elles avaient accepté d’être devant la caméra. C’était comme si elles avaient attendu ce moment toute leur vie.

Il y a 10-15 ans c’était pratiquement impossible de trouver une femme prête à se livrer devant une caméra. Là, elles étaient devant nous et elles voulaient prendre la parole. On en a parlé avec Yann et ça nous a semblé évident que c’était le bon moment pour donner la parole aux femmes. Il fallait un déclencheur pour qu’elles soient enfin entendues et ce projet a démarré comme ça !

 

2. Comment avez-vous identifié ces femmes et récolté leurs témoignages ?

AM : Nous avons travaillé pendant plus de deux ans avec une équipe formidable de cinq journalistes pour récolter tous ces témoignages, près de 2 000 dans 50 pays différents ! Dans chaque pays où nous sommes allés, nous avions une « fixeuse » souvent une journaliste, parfois des gens du milieu associatif qui nous ont accompagnés et qui ont préparé le tournage pendant des mois pour trouver les femmes mais surtout pour leur expliquer pourquoi il était important pour elles de témoigner dans un film comme le nôtre. Tout le travail en amont était extrêmement important.

L’idée derrière ce film était d’avoir un mélange entre des sujets qui concernaient toutes les femmes mêlés à des sujets qui étaient de réels partis pris pour nous, comme le viol de guerre par exemple. Dans Woman nous libérons la parole sur tous les sujets et pas seulement sur des choses difficiles ! C’est un mélange de sujets universels et de sujets plus pointus que l’on a voulu mettre en avant.

 

3. Quel a été le témoignage qui vous a le plus bouleversé, qui a fait le plus écho en vous et pourquoi ?

YAB : Certainement toute la fin du film sur ces femmes violées au Congo, ce côté où les femmes ne pouvaient rien faire. Celui qui concerne cette petite fille de 9 ans, c’est un des témoignages qui m’a beaucoup marqué.

Mais il y a une chose qui m’a marqué encore plus profondément : je suis un homme et c’est très difficile pour moi de ressentir ce qu’on put ressentir ces femmes. Tous ces témoignages m’ont marqué et ce qui m’a impressionné c’est le plaisir qu’avaient ces femmes à se dévoiler devant la caméra d’une façon difficile, courageuse et honnête.

AM : J’ai fait plusieurs centaines d’interviews donc c’est très difficile de dire qu’une femme m’a marquée plus qu’une autre. Elles m’ont toutes, d’une façon ou d’une autre, marquées. Et toutes ont créé en moi une sorte de connexion que je n’avais pas du tout imaginée avant, et j’espère que toutes les femmes qui verront Woman ressentiront cette même connexion.

 

4. Désormais vous vous engagez dans la fondation « Womans », pouvez- vous nous en dire deux mots ?

YAB : Comme c’est un film qui a été mécéné, on a imaginé avec Anastasia une association pour aider des femmes qui veulent s’engager dans le journalisme, aider des jeunes filles à devenir réalisatrices, leur permettre de s’exprimer dans le monde entier.

AM : A la sortie de Human, beaucoup m’ont demandé comment faire pour apporter leur soutien. Comme nous étions les réalisateurs, nous ne pensions pas que c’était notre rôle de dire aux gens comment agir… Mais finalement en commençant le projet Woman, nous nous sommes dit qu’il fallait aller plus loin ! Il fallait qu’il y ait cette notion d’engagement dans la démarche elle-même. Et puis, on ne voulait pas que ça s’arrête au film. On avait envie que d’autres femmes puissent porter les voix féminines de leur pays. Que ce soit un cercle vertueux ! Ainsi toutes les recettes du film iront à l’association Woman(s) (Women on media and news – school) et vont financer des programmes très concrets. Donc aller voir Woman en salles c’est un acte important : c’est déjà un engagement ! Ce film va créer des recettes qui vont changer la vie des femmes, partout dans le monde.

 

5. Qu’est-ce que Woman pourrait changer ?

YAB : Il existe des millions de personnes engagées sur ce combat, nous nous battons tous ensemble. Toutes les femmes de Woman sont belles et finalement, on est tous beaux car la beauté est intérieure. C’est ça qui est intéressant dans ce film.

AM : J’ai envie que Woman soit un film qui arrive à toucher autant les hommes que les femmes. Car ce n’est pas si une moitié de l’humanité avance contre l’autre que nous arriverons à changer, c’est seulement si on avance ensemble. Woman est un film de compréhension qui va au plus profond de la question « Qu’est-ce qu’être une femme ? ». J’espère qu’en voyant ce film, les femmes se sentiront célébrées et les hommes nous comprendront un peu mieux.