Vous êtes ici

Newsroom
Bouygues Bâtiment Ile-de-France

Rencontre avec Wallid Fakry, grutier chez Brézillon

Portraits - 18.05.2021

Wallid Fakry, grutier et passionné par son métier depuis 11 années chez Brézillon au sein de la Direction Bâtiment, nous raconte son quotidien sur son chantier au cœur de Paris et revient sur son parcours riche de challenges !

1 - Quel est ton parcours au sein de Brézillon ?

J’ai connu Brézillon en 2010 par le biais d’une agence d’intérim qui m’a proposé une mission en tant que grutier sur un chantier de logement à Saint-Ouen l’Aumône.
Je n’étais pas destiné à travailler dans le secteur du BTP, c’est en discutant avec mon oncle, grutier et passionné par son métier que ma vocation est née !

2 - Quels ont été tes plus grands défis ?

Être grutier c’est relever des défis tous les jours, mais j’en retiendrais deux qui m’ont particulièrement marqué.
Le premier a été de travailler à 200 mètres d’une piste aéroportuaire en exposition totale au vent. Tous les jours, des avions de 300 tonnes rasaient ma flèche. Ces facteurs avaient un impact sur la conduite de ma grue, dont je devais veiller à la stabilité.
Le deuxième défi était sur un chantier de construction de logements à Bussy Saint Georges. Je devais conduire une grue de 70 mètres de flèche. Mon challenge était d’arriver à équilibrer au quotidien ma grue, tout en continuant à soulever des charges importantes.

3 - En quoi le métier de grutier est clé sur un chantier ?

Mon métier est extrêmement exposé aux risques car toutes les manutentions de charges lourdes se font avec la grue. Je dois m’assurer que le transport de toutes les charges soit réalisé dans le respect des règles de sécurité de l’entreprise.
Au sein de l’équipe gros-œuvre, j’ai un rôle clé qui exige entraide et précision : soulager le travail de mes coéquipiers par le port de charges importantes et me coordonner avec eux pour la pose des éléments.
De plus, du fait de ma vision globale sur le chantier, j’ai également la responsabilité de veiller à ce que mes collègues travaillent dans des zones 100% sécurisées, c’est-à-dire veiller à ce que les accès et circulations soient dégagés et propres.

4 - Décris-nous ta journée type !

Je me présente à 7h sur le chantier, je bois un café avec mon chef et ensemble, nous voyons le programme de la journée. Nous nous organisons en fonction de l’arrivée des camions de livraison prévus. Puis un briefing est organisé avec toute l’équipe.
Le moment que je préfère dans la journée c’est lorsque je m’installe dans ma cabine et que j’admire une nouvelle vue tous les jours … J’aime vivre en hauteur !

5 - Depuis ton entrée dans le groupe, as-tu pu observer des évolutions dans ton métier, ton quotidien ?

J’ai vu beaucoup d’évolutions dans mon métier dont deux en particulier qui facilitent mon quotidien :
Tout d’abord la caméra installée sur le chariot qui me permet d’avoir une visibilité au plus près des éléments accrochés dessus et ensuite, les lifts, que l’on installe systématiquement sur toutes les grues dépassant les 30 mètres de hauteur.
Aussi, j’aimerais soumettre deux idées supplémentaires pour faire évoluer notre profession :

  • avoir la possibilité de travailler sur des grues à gabarit plus lourdes, cela permettrait à nous, grutiers, et aux compagnons d’avoir plus de stabilité et de pouvoir mieux répondre aux perturbations comme le vent, les vibrations …
  • travailler en amont, dès la phase préparatoire d’un chantier à l’intégration de la ou des grues à la maquette en 3D afin d’appréhender au mieux notre futur environnement de travail.

 

Fermer X
Attention : de faux bons de commande au nom de Bouygues Construction et de ses filiales circulent... lire la suite

Les tentatives de fraudes aux faux bons de commande sont en augmentation.
Afin de mieux vous protéger, adoptez les réflexes suivants :
tous les bons de commande Bouygues Construction présentent un QR code, assurez-vous de sa présence !
En cas de doute, prenez toujours contact avec votre interlocuteur habituel.